LES MANDRINOTS

1867 vues
GenreMusique Celtique et festive
InstrumentsChant, Guitare, Mandoline, Bouzouki, Basse, Batterie, Violon, Flûte Traversière
Site officielhttp://www.lesmandrinots.com/
Facebookhttps://www.facebook.com/pages/Les-Mandrinots/1379868472306856
Twitterhttps://twitter.com/MANDRINOTS

LES MANDRINOTS

Les Mandrinots chansons celtiques et festives : du punch de marin, des rythmes endiablés, chansons de chansons de fêtes, de ports et de soirées celtiques.

Originaire de Saint Laurent du Pape en Ardèche.

Les Mandrinots écument bars, festivals, salles de concerts et places de village, suivis par un public fidèle et de plus en plus nombreux.
Assister à un de leur concert, c’est d’abord se sur prendre à taper du pied, puis des mains, puis c’est votre corps tout entier qui se laissera entraîner dans la ronde, la gigue ou l’andro.
C’est ça l’effet Mandrinots !!!
Au départ une affaire de famille, deux frères Olivier et Hubert tombés gamins dans le chaudron celtique ont créé, avec leurs compagnes, un groupe aux accents irlandais, bretons, folks et traditionnels.
La section rythmique est venue ajouter à ce son une touche définitivement rock et festive.
Résumons donc, cette joyeuse bande de sept poètes flibustiers, avec leur style foutraque folk, trad, rock celtique, festif vont vous pirater le cerveau, vous faire chavirer le cœur et mouiller la chemise.

Biographie
Les Mandrinots, c’est d’abord une histoire de famille. Le groupe s'est formé fin 1998.
C'est au départ un groupe purement familial composé d'Olivier et Hubert deux frères et de leurs compagnes respectives, Sandrine et Stéphanie.
Nourris d'histoire locale et de musiques du monde entier, nous avons commencé à chanter lors des réunions familiales puis nous avons voulu étendre notre public.
Notre répertoire se composait de reprises de chants traditionnels remis au goût du jour par des gens comme Tri Yann, Malicorne, Gilles Servat, Yvon Etienne, Alan Stivel ; mais déjà aussi de créations du groupe.
Dès le début, plusieurs concerts s’enchainent rapidement.
Au fil du temps, d'autres musiciens nous ont rejoint pour des durées diverses : Mélanie à l'accordéon, Jean-Luc à la cornemuse et aux flûtes, puis sont partis vers d'autres aventures musicales.
Le groupe actuel est composé de 7 musiciens :
Il y a le noyau « historique» : Olivier au chant, Stéphanie au bouzouki, à la guitare, à la mandoline et Hubert à la guitare.


Pour les « jeunots », Jérôme s'occupe de la batterie, Julien du violon, Gaëtan de la basse et Estelle de la flûte traversière.
Nous sommes également accompagnés par nos fidèles « techniciens » Jean-Claude à la lumière et Guillaume et Willy au son.
Notre musique est un mélange de sonorités celtiques, populaires mais aussi rock. L'influence celtique est très marquée ; nous nous servons du côté fougueux et joyeux de cette musique pour porter nos textes.
Les textes sont essentiels dans ce que nous proposons au public.
Nous racontons des histoires, nous brossons des portraits de gens atypiques et nous essayons d'éviter les messages bateaux et démago.
Notre inspiration artistique en général se trouve du côté des indépendants : pour le celtique, nous aimons particulièrement Merzhin, The Pogues, Gilles Servat, Malicorne, Flook...
Pour le rock, le groupe phare de nos années de jeunesse reste The Smiths. La chanson française nous a également inspirée : Brassens, Brel, Boby Lapointe et tant d'autres.
Pour résumer, nos goûts vont plutôt vers les gens qui défendent leurs idées et leurs créations sans concession.
Nous n'aimons pas les produits marketing.
Nous avons travaillé deux ans sur un projet d’album. Ce disque est sorti en février 2008. Le titre du CD reprend le nom d'un des morceaux du disque qui raconte le dernier jour de Louis Mandrin.
Notre album comporte 15 titres assez éclectiques qui vont du très léger « Prunières en petit train » (sauce V.R.P.), à la plus tragique « Histoire de Peyrebeille » en passant par le traditionnel « Esperans » chanté en breton.
La pochette représente de façon onirique et pas très respectueuse des faits le supplice et la mise à mort de Louis Mandrin, le 26 mai 1755 sur la Place des Clercs à Valence.