Lancement d'une campagne nationale de sensibilisation au syndrome du bébé secoué : une maltraitance qui peut être mortelle


Les cas de bébés secoués ne sont pas des faits isolés. Chaque année, plusieurs centaines d'enfants en sont victimes. Cette maltraitance, perpétrée volontairement par des adultes, parfois dans le déni de la gravité de leur acte, représente la forme la plus grave de traumatisme crânien de l'enfant.

En France, un bébé sur dix, victime de secouements, décède, les autres en subiront les conséquences toute leur vie. Le syndrome du bébé secoué est à l'origine de graves séquelles neurologiques qui se manifestent par des déficiences intellectuelles, visuelles ou motrices, ainsi que des troubles du comportement, de la parole ou de l'attention.

Pour alerter et faire la lumière sur la réalité de ce phénomène, le Gouvernement se saisit du sujet à travers une campagne de sensibilisation nationale. Cette initiative d'Adrien Taquet, secrétaire d'État en charge de l'Enfance et des Familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, soutenue par des experts et des parents témoins, repose notamment sur la diffusion d'un film choc qui rappelle l'essentiel : secouer un bébé est une maltraitance qui peut être mortelle.
 
 
CP Bébés secoués
 
  Qu'est-ce que le syndrome du bébé secoué et quelles en sont les conséquences pour les victimes ?

S'informer sur le syndrome
CP Bébés secoués  
 
CP Bébés secoués
 
  Les chiffres clés  
 
  CP Bébés secoués   CP Bébés secoués   CP Bébés secoués  
 
  1 Un chiffre confirmé par les experts mobilisés dans le cadre de la campagne, basé entre autres sur la publication du BEH, Santé publique France, 2019. 2 BEH, Santé publique France, 2019. 3 HAS, 2017.  
 
CP Bébés secoués
 
 

Une maltraitance volontaire et répétée
CP Bébés secoués  
 
  Dans la majorité des cas, le syndrome du bébé secoué se produit sans témoin, lorsque l'enfant est seul avec un adulte. Cette maltraitance à huis clos explique en partie le déni dans lequel peut se trouver l'auteur du secouement. La cessation des pleurs du bébé, immédiatement observée dans les suites du secouement violent, est à la base de la réitération des violences et il peut s'installer un véritable cercle vicieux relationnel entre le nourrisson qui pleure et l'auteur qui, en réponse, le secoue.  
 
CP Bébés secoués
 
  3 questions au Dr. Anne Laurent-Vannier

Ancien chef du pôle de rééducation de l'enfant aux hôpitaux de Saint-Maurice (Val-de-Marne) et experte près la Cour de cassation, elle a notamment présidé le groupe de travail de la Haute Autorité de Santé (HAS) sur le syndrome du bébé secoué.

Lire l'entretien
  CP Bébés secoués  
 
CP Bébés secoués
 
  Prévenir le syndrome du bébé secoué

Le syndrome du bébé secoué n'est généralement pas une violence isolée. Les symptômes antérieurs suggérant une maltraitance sont particulièrement fréquents chez les bébés diagnostiqués. Afin d'éviter les récidives, les abus doivent donc être détectés le plus tôt possible. Pour cela, il est primordial de repérer les signes de maltraitance, et de ne pas hésiter à en parler.

En savoir plus
  CP Bébés secoués  
 
CP Bébés secoués
 
  La campagne nationale
de sensibilisation
 
 
  CP Bébés secoués   CP Bébés secoués

CP Bébés secoués
 
 
  Avec pour objectif d'attirer l'attention du grand public, le spot de la campagne met implicitement en scène, par l'intermédiaire du son d'un babyphone, un père secouant brutalement son enfant. Un parti-pris qui vise à positionner le syndrome du bébé secoué comme étant un acte de maltraitance.
Ce film choc s'accompagnera d'un kit de communication (affiche, dépliant, etc.), pour aider les professionnels et les institutions de santé à sensibiliser leurs patients ou les publics qu'ils reçoivent sur le syndrome du bébé secoué.