Bourg les Valence : Nessie : un robot innovant pour le dragage du bassin de joutes


Du 9 au 16 novembre, le désenvasement du bassin de joutes a été réalisé grâce à un procédé novateur.


Son nom rappelle celui du fameux monstre du Loch Ness en Écosse, mais c’est bien dans le bassin
de joutes de Bourg-lès-Valence que « Nessie » a élu domicile durant quatre jours.
Fruit d’une innovation développée par l’entreprise Watertracks et le groupe EDF, ce robot de 13
tonnes a été créé pour intervenir sur toutes les retenues d’eau qui servent à alimenter les centrales
nucléaires ou les centrales hydroélectriques.
À Bourg-lès-Valence, il est utilisé par l’entreprise STD France afin de réaliser les travaux de curage
du bassin de joutes. Immergé dans l’eau, Nessie aspire les sédiments qui se déposent de manière
récurrente dans le fond du bassin avant de les rejeter dans les courants du Rhône.
En effet, l’envasement s’opère dès surverse des eaux du Rhône par-dessus la digue délimitant le
bassin, ce qui se produit plusieurs fois dans l’année, soit par phénomène météorologique (crues)
soit par les régulations des débits du fleuve.
Pour rappel, en 2015, un lâcher massif d’eau en amont de l’ouvrage, avait brusquement aggravé le
niveau d’envasement au point d’interdire la pratique des joutes du fait d’un tirant d’eau insuffisant.Le bassin de joutes constitue, historiquement, un symbole fort de réappropriation du Rhône. Les
sociétés de joutes sont des acteurs centenaires de la navigation fluviale : elles sont à la fois le
support des jeux (les joutes) et une volonté de secours aux mariniers.
Les joutes sont une activité sportive traditionnelle à Bourg-lès-Valence, l’Espérance nautique est
ainsi fondée en 1903.
Riche de ce patrimoine, la commune s’est donc rapidement mobilisée pour une reconquête de
l’équipement par un programme pluriannuel de travaux de désenvasement. Des négociations sont
régulièrement engagées avec la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) afin d’optimiser techniques
et coûts des opérations.
En effet, il s’agit de la 2ème intervention du programme, (et pour la première fois avec « Nessie »),
mobilisant des coûts d’investissement lourds : près de 200 000 € tous frais compris (études
préalables, travaux, suivi).
Techniquement ce sont plus de 2000 m3 de limons accumulés sur près de 2 mètres d’épaisseur ont
ainsi été retirés cette année par le robot Nessie.