Drôme : PLAN MONTAGNE 2022-2028 : LE DÉPARTEMENT ACCOMPAGNE L’ATTRACTIVITÉ DES TERRITOIRES POUR LES VIVRE AU QUOTIDIEN


Déplacements, accès à l’emploi, à la santé ou à la culture... en zone de montagne, les gestes les du quotidien peuvent savérer plus complexes qu’ailleurs. Conscient de cette réalité, le Département œuvre de longue date au maintien d’une offre de services de proximité et à la garantie de la qualité de vie des habitants du Vercors, du Diois et des Baronnies provençales. Si la crise sanitaire a malmené l’économie du tourisme des massifs ces dernières années, elle a aussi révélé combien ces massifs sont fondamentaux pour la vitalité, l’attractivité et l’économie du département.

472 M€ d’investissements
Avec le plan Montagne 2022-2028, dévoilé ce lundi 27 juin, le Département de la Drôme répond de manière ambitieuse aux défis économiques, sociétaux et environnementaux auxquels sont confrontés ces territoires. Ce plan de 472 M€ ne prend pas en compte uniquement le tourisme et le développement économique, mais considère les montagnes comme des lieux à vivre. Si la montagne est confrontée à des enjeux de développement, notamment économiques et agricoles, c’est aussi un lieu où les besoins d’accompagnement et de services de proximité sont souvent exacerbés. La croissance raisonnée et vertueuse souhaitée par le Département prend donc en compte les problématiques de solidarités, de santé, du numérique, de l’éducation, du logement et de l’emploi en plus du tourisme et de l’activité économique.

Près de 40% des communes drômoises concernées
Toutes les communes dont l’altitude est égale ou supérieure à 700 m, soit l’ensemble des communes qui bénéficient de l’aide au déneigement du Conseil départemental, sont concernées par ce plan, soit près de 40 % des communes drômoises. Pour la Présidente du Conseil départemental Marie-Pierre MOUTON, « le Conseil départemental considère la montagne comme un atout pour le département. Ces territoires contribuent au rayonnement de la Drôme et à l’attractivité du département. Pour autant, la montagne ne serait rien sans celles et ceux qui la font vivre. Ce n’est pas seulement un lieu de mémoire ou un espace permettant les pratiques sportives et culturelles. La montagne est avant tout un lieu de vie les habitants doivent avoir accès aux services dans les mêmes conditions que dans d’autres points du département. Avec ce plan Montagne, nous souhaitons compenser les conséquences induites par la vie en altitude, pour conserver et développer le dynamisme de nos montagnes. En tant qu’aménageur du territoire, acteur majeur des solidarités et des transitions nous pensons dès aujourd’hui la montagne de demain ».

15 M€ pour les stations
Parmi les nouveautés de ce plan montagne figure un grand plan pour les stations avec plus de 15M€ d’investissements. Troisième destination touristique du Département, avec plus de 200 000 entrées par an, les sept stations de la Drôme dynamisent l’économie et l’emploi (10 M€ de retombées économiques induites sur le territoire). Dans un contexte de changement climatique impactant fortement l’enneigement en moyenne altitude, le Département a fait lechoix de repenser leur modèle économique dans une logique de transition. Cette réflexion stratégique concertée avec les territoires repose notamment sur l’affranchissement progressif de la dépendance à la neige, le non-recours à la neige de culture, le développement les activités quatre saisons ou encore l’amélioration des services. Le plan Montagne prévoit ainsi des aménagements des domaines skiable sur les parties hautes avec la création de jardins de neige, la rénovation du télésiège du Col de Rousset, des travaux dans les bâtiments et le renouvellement des véhicules et engins de déneigement. Au-delà du seul équilibre financier des stations, le Département porte un projet de territoire avec un effet levier de leur activité éco-touristique. A horizon 2030, la dépendance à la neige devrait être réduite la part du chiffre d’affaires des activités liées à la neige de 73% à 58%.

Pont du tram, THD, action éducatives…
En plus de ce plan pour les stations, le plan compte de nombreuses nouveautés. Sur le volet des mobilités, le Département envisage la réouverture du pont du sur le Cholet sur la RD361, dit « pont du Tram » à des modes doux (marche, vélo…). Le projet estimé à 1,7 M€, conditionné par la validation d’une étude de faisabilité pourrait voir le jour d’ici 2025. Concernant le numérique, outre la participation du Département aux programmes nationaux de résorption des zones blanches, pour les zones rurales n’ayant pas encore accès au THD, la collectivité propose le passeport Très haut débit qui offre un débit allant jusqu’à 100 Mb/s via des technologies alternatives. Enfin, une nouvelle action éducative sera mise en place à partir de la rentrée 2022-2023 pour les collégiens de 6
e. L’objectif de cette action est de faire découvrir le Vercors et les activités des stations drômoises. Le Département prendra ainsi a sa charge le déplacement et l’encadrement des activités (ski de fond, alpin, biathlon, raquette, course d’orientation). 23 établissements ont déjà manifesté leur intérêt pour cette action, soit 118 classes.