Hellfest - J2 le Samedi 18 Juin


Après une bonne nuit c'est reparti pour un tour avec à la clef deux interviews de prévues pour dans la journée : « Seth » à 15h, et les « Washingtons Dead Cats » à 18h30 .

Un peu vermoulus de la veille, nous repartons « au combat » contre la canicule qui en effet étouffe dés 11h du matin en explosant le stade des 38 degrés.Plus tard, il fera 41 degrés,, à l'ombre.

Autant dire que le passage fatal de la longue route goudronée sans ombre a été plus éprouvant encore que la veille, et sans doute baigné de quelques choses comme ? 45, 50 degrés ?

Mieux vaut ne pas savoir peut-être, on s'arrête au moindre petit morceau d'ombre caché sur les côtés par rares endroits pour boire et reprendre du souffle.

Une fois ce stade « initiatique » vaincu, c'est l'Extase , c'est la « Victoire » ! Même si personne n'est au bout de cette journée de fournaise.

Pour l'interview avec Saint Vincent du groupe de black métal français « « Seth, on va qui plus est devoir aller aux espaces réservés à la presse , bien installés certes mais qui pour le coup, sous cette énorme tente noire où l'air ambiant fleurte avec les 50 degrés.

Saint Vincent comme moi tiendrons le coup mais au fur et à mesure de l'interview, charisme de Saint Vincent et chaleur ensorcelante feront que je ne sortirai pas indemne de celle-ci ! Le concert de la veille, le tête à tête dans la noire et étouffante atmosphère des loges de l'espace presse et le regard bleu pâle de Saint Vincent ainsi que son sourire auront rendu l'envoûtement bien réel !

Après cela, je résiste de par cet état vaporeux et la chaleur ambiante, dans un premier temps, à la bière, et nous décidons d'aller voir « Loudblast » sur la scène « de bourrins », Altar.

Et, on s'en prend plein la poire, du bon, du lourd, du speed, avec ces pionniers du trash métal Français qui nous viennent de Lille. Stéphane Buriez est explosif au chant et à la guitare, le show passe d'une traite tant il passe bien.

Ensuite tentative de survie pour migrer en plein cagnard à la « War Zone », vers la nouvelle statue de Lemmy qui surplombe le public et sous un soleil de plomb au sens le plus lourd possible du terme.

La War Zone est justement, en plein sous ce soleil de plomb et en discutant plus tard avec Mathias des Washingtons Dead Cats que nous venions justement voir en ce lieu, sur scène, il faisait 50 degrés, et cela a sans aucun doute été encore plus difficile ou du moins tout autant pour les musiciens que pour le public. Cependant, tout le monde tient. Les Washingtons assurent, ne laissent rien paraître de leurs souffrances ou difficultés et enchaînent un show punkabilly sans pause aucune. Habituellement, Mathias se produit pieds nus sur scène là, c'est impossible , le sol noir de la scène et le soleil qui plonge sur eux lui brûle littéralement les pieds. Même les bouteilles d'eaux disposées pour eux sur la scène, deviennent brûlantes et imbuvables en un temps records.

Malgré tout cela, leur show sera excellent et nous enchaînons en prenant la direction de la Main Stage 02 pour aller savourer le célèbre pirate métal des Ecossais de « Alestorm » .

Canard géant en fond de scène , ambiance festive et pirate, le ton est donné. Claviers guitares basse batterie et chœurs enjoués, tout y est , la sauce prend directement mieux qu'une mayonnaise en plein soleil.

Après ce bon moment de folk métal festif, il est temps de retourner vers l'espace presse pour retrouver les « Washingtons Dead Cats » avec qui nous avons rendez-vous à 18h30 pour interview,, mais que nous verrons finalement à 19h30 , le temps que le groupe se remette de sa performance incroyable en plein cagnard et arrive jusqu'à cette zone VIP.

Pas grave, nous, on en profite pour se détendre dans cette espace en s'offrant quelques bières et en se posant à l'ombre !

L'interview se déroulera également dans les loges de l'espace presse ou « press Corner », et tout comme avec Saint Vincent plus tôt mais avec un tout autre personnage qu'est Mathias chanteur des Washingtons, on va malgré tout papoter une bonne vingtaine de minutes, en fondant de sueur sur place, indéniablement .

Et puis vite, on ressort ! L’Extérieur paraît presque frais ! Après tout, il ne fait que peut-être plus que 39 degrés...

Avec Mathias et mon frangin on se sent comme avec notre bande de pote, alors on est tellement bien qu'en se recroisant on se boit un pti coup ensemble, et on prolonge la discut' !

Suite à tout cela, de temps à autres bien sûr, il faut manger, avec une température pareille perso j'ai un peu du mal et attendrait ce soir là les 22h30 et puis surtout, une fois parvenus à ressortir des méandres de l'Espace Vip et du coin piscine avec ses sièges , je retombe direct sur le temple avec les Finlandais de « Ensiferum », parmis mes chouchous du Folk métal, en pleine action !

Donc, forcément, bien qu'ayant râté une partie conséquente du concert, je reste ! Et savoure jusqu'à la fin, avant de glisser subtilement vers la scène juste à côté , « Altar », où vont débarquer de façon imminente les « Sépultura ».

De 21h35 à 22h35, les « Sépultura » embrasent la scène, aux rythmes brésiliens sauce métal que l'on connaît si bien, jouant des morceaux récents mais aussi des anciens qui mettent tout le monde d'accord tel « Refuse/ Resist » de l'album Chaos A.D ou encore bien sûr le grandissime « Roots  Bloody Roots» issu de l'album Roots.

Viendra ensuite pour moi l'heure de se repaître avant de repartir en croisade vers la Main stage 01 pour aller bien devant, voir les légendaires Suédois de « Ghost ».

Je ne les avais jamais vu avant, ils étaient pourtant déjà passé au Hellfest mais je ne les connaissais alors absolument pas et j'avais royalement passé mon chemin en les entendant au loin, notant tout de même un look des plus spécial et une chorale à base de chœurs d'enfants ! Là c'est différent, je les ai écouté ces dernières années et je tiens à les voir . Tobias et son look d'anti pape sataniste le « Papa Emeritus », arbore diverses tenues qui ne peuvent que marquer, sans parler de l'attitude très élégante qui va avec, et ce côté figé apporté par son masque blanchâtre. On note aussi dans toute cette théâtralité une bonne dose d'humour apporté par les musiciens aux tenues toutes aussi énigmatiques, relevant de l'univers gothique, satanique , et pourtant « kitch » voir « pop » en même temps.

Pour finir en Beauté cette soirée, place à la découverte, chose que peut aisément aussi apporter le Hellfest avec la multitude de groupe qu'il propose , l’instinct naturel me ramène vers la scène du Temple où le groupe « Vreid 1184 Show » va œuvrer. Une bonne découverte pour moi ! Pas de théâtralité mais une efficacité redoutable, un bon Black métal énergique et plutôt mélodique.

Nous finirons cette soirée en repartant côté « press corner » et en rencontrant de sympathiques humains, en se désaltérant aussi encore un bon moment, pour n'aller rejoindre Morphée que vers les 4h du mat.

C'est ça aussi, le Hellfest ! ! !

Sophie BAUDOUIN - Radio Zig Zag