L’Église met les sans-abri au chaud avec Hiver Solidaire


Alors que le thermomètre affiche des températures négatives et glaciales, le diocèse de
Valence accueille, chaque soir jusqu’au 31 mars, une dizaine de sans-abri dans ses locaux à
Valence, Romans-sur-Isère et Crest.
Pendant trois mois, les bénévoles des paroisses de Valence, de Crest et de Romans-sur-Isère (et
alentours) s’engagent dans la fraternité et la solidarité dans le cadre de l’opération Hiver Solidaire,
initiée par le diocèse de Valence.
Depuis le 15 décembre à Valence dans la maison des Ormeaux, et à partir du 9 janvier à
Romans-sur-Isère et à Crest, chaque soir des volontaires passent, dans une salle paroissiale, une
soirée et une nuit aux côtés de personnes vivant habituellement dans la rue. Une opportunité de
transformer son regard et son cœur et de vivre la fraternité.
Dans un esprit de famille, les sans-abri se retrouvent chaque fin de journée dans un lieu chauffé
avec une ambiance chaleureuse pour dîner, pour passer la nuit et partager un petit déjeuner
pendant les mois d’hiver. Il n’est pas question de religion, ni de prière lors de ces soirées.
L’accueil, l’animation et les repas sont assurés par des bénévoles.
Au-delà d’un lit au chaud et d’un repas ce sont, pour les personnes accueillies, des moments de
dignité retrouvée. Pour les bénévoles qui les accueillent, c’est une découverte qui change leur
relation avec les plus démunis et les transforme eux-mêmes.
« Les personnes qui sont accueillies sont peu nombreuses, entre trois et cinq, tout comme les
bénévoles des paroisses qui se relaient chaque soir pour dîner et dormir avec elles. Autour de la
table, on discute, on partage le repas et ses histoires, on joue ensemble, on s’écoute », explique
Pierre Fontaine, responsable du service Diaconie et Soin à l’origine de l’initiative.
L’objectif est d’accompagner les SDF vers une réinsertion progressive. « Au fil des semaines, les
uns et les autres apprennent à s’apprécier. Après la richesse des rencontres durant tout l’hiver, les
liens tissés peuvent se prolonger de différentes manières : dîners réguliers, rencontres paroissiales,
accompagnements individuels ».
Cela apporte aux personnes de la rue un temps de vie en société qui peut être passager. Parfois
Hiver Solidaire sert, comme cela a été le cas avec des bénéficiaires de l’édition précédente, de
marchepied pour accomplir des démarches administratives, trouver une place d’hébergement,
s’ouvrir à un avenir.