Romans : LA VILLE DE ROMANS REACTIVE SES RELATIONS INTERNATIONALES


La Ville de Romans répond à l’invitation du maire de Straubing (Allemagne) et relance ses relations internationales, après deux ans de crise sanitaire.


Une délégation de la Ville de Romans s’est rendue, en août dernier, à Straubing, en Allemagne, à l’invitation de son maire, Markus Pannermayr, l’occasion, après deux ans de crise sanitaire, de renouer des liens avec l’une de ses plus anciennes villes jumelles et, plus largement de relancer ses relations internationales.
La délégation était emmenée par le maire de Romans, Marie-Hélène Thoraval, accompagnée de la conseillère municipale déléguée aux relations internationales Philippine Gault. L’adjoint au Maire délégué aux Sports, Damien Got, était également du voyage, en sa qualité de conseiller communautaire délégué au Développement économique.


L’invitation avait pour cadre le très réputé Gäubodenvolksfest, une grande fête populaire dédiée à la gastronomie, ce qui expliquait aussi la présence, au sein de la délégation, du président de la Foire du Dauphiné, Jean Bernardis, qui a ainsi pu
découvrir les rouages de ce bel événement. Echange de bons procédés, Marie-Hélène Thoraval en a profité pour convier le maire de Straubing à la prochaine Foire du Dauphiné qui devrait se tenir au printemps prochain, au centre-ville de Romans.

Si le prétexte était leur participation à la Gäubodenvolksfest, l’objectif était plus de voir comment il serait possible, à l’avenir, de développer ce jumelage, en partant d’une thématique commune aux deux villes : comme l’économie, évoquée à travers la visite d’une brasserie locale, l’idée étant de favoriser la présence d’entreprises de notre territoire à l’international ; ou encore le sport, Straubing disposant de clubs de pétanque et de vélo de bon niveau, des synergies pourraient être trouvées avec nos clubs locaux. Une invitation aux Masters jeunes de pétanque pourrait notamment être envisagée.


Plus généralement, la municipalité romanaise souhaite relancer une politique vertueuse de jumelage et de relations internationales pour des échanges d’expériences sur des problématiques identifiées telles que : environnement, sport, culture, patrimoine, économie, mobilité... Tout peut être envisagé. Il est question par exemple de mettre en relation des élèves de l’école de maroquinerie de Zlin (République tchèque), berceau du musée Bata, avec les élèves de la filière cuir-chaussure du lycée du Dauphiné, et de réfléchir à des échanges entre nos deux musées.