Romans : Réaménagement paysager du giratoire du Faubourg-Clérieux et autour


Les intempéries, grêle puis neige, qui se sont abattues sur Romans en 2019 ont occasionné de nombreux dégâts, souvent irréversibles, parmi les végétaux. Les effets se font encore sentir aujourd’hui, contraignant la Ville à supprimer un certain nombre de sujets, que des champignons, profitant de leurs blessures, ont sournoisement investis, en dépit des soins attentifs des services des espaces verts.

 

C’est le cas, notamment, au giratoire du Faubourg-Clérieux où seuls subsistaient encore des bambous dont on connaît la capacité à coloniser leur lieu d’implantation, jusqu’à devenir incontrôlables. De fait, la Ville a décidé, dans le cadre de sa politique de végétalisation, de revoir complètement l’aménagement paysager de ce giratoire ainsi que de la petite lentille de verdure située en bordure de voie, à l’intersection de la rue Premier.

 

Le chantier a débuté le 3 janvier dernier avec l’arrachage des bambous, puis le curage du sol, afin de les éradiquer en totalité. L’idée est de créer une petite butte, puis de planter des arbres ainsi que des arbustes -avec un choix d’espèces adaptées à notre climat et résistantes à la pollution- mais aussi des vivaces ainsi que des couvre-sol ; ces derniers présentant l’avantage, par la création d’un tapis végétal, de ne demander aucun entretien, tout en étant visuellement agréables. Un espace sera également réservé à la plantation d’annuelles et une plateforme sera créée pour l’accueil d’œuvres d’art éphémères. Par ailleurs, plusieurs types de végétaux seront plantés sur la lentille, à proximité, mais plus, ici, dans un esprit « jardin sec » avec des enrochements et notamment des agaves et des yuccas.

 

Et aussi…

 

Autre chantier qui, lui aussi, a débuté le 3 janvier, celui du talus, situé rue de Clérieux, en contre-bas de l’immeuble Le Saint-Georges, et qui, comme le précédent, s’inscrit dans la politique de végétalisation de la Ville. A l’état d’abandon, ce talus va être entièrement défriché, pour être ensuite replanté densément, afin de mieux tenir la terre et de participer à la création d’îlots de fraîcheur. Il comportera, dans sa partie supérieure, une strate arbustive haute constituée de diverses essences, et dans sa partie inférieure, une strate arbustive basse. Il est également prévu de planter, en pied et sur l’ensemble du talus, un mélange coloré et harmonieux de couvre-sol, toujours dans un souci de minimiser l’entretien. 

 

D’un montant global d’environ 75 000 €, ces deux chantiers devraient s’étendre jusqu’au 28 février pour le premier, et jusqu’au 25 février pour le second.